Mannequinat

Site d’informations et d’actualités du mannequinat

Connexion|InscriptionVotre profil en ligne sur Mannequinat.fr
Ouvrir/Fermer le menu

Devenirmannequin

Mannequin ethnique

Tyra Banks, Naomi Campbell, Noémie Lenoir, Jourdan Dunn… avec en moyenne moins de 5% de mannequins de couleurs en agences, on constate un manque de représentativité des noirs et des métis dans l’univers de la mode et du mannequinat. Cette minorité s’attaque pourtant au créneau porteur en plein essor qu’est le marketing ethnique. Face à la concurrence accrue des filles d’Europe de l’Est, des canons de beauté occidentaux et des tops sud américains, on assiste depuis les années 1990 à une uniformisation des profils de recrutement. Bien que certaines maisons de couture jouent le jeu, les visages de couleurs restent marginaux sur les podiums et très peu de magazines leurs consacrent des éditos ou des couvertures. Une neutralité passe partout exploitée au profit du produit.

L’INÉGALITÉ DES CHANCES

Dans une interview du magazine Glamour Allemagne (avril 2009) le top model Naomi Campbell dénonce le racisme trop présent dans le monde de la mode : « Le président Obama est peut-être noir mais dans les magazines, sur les podiums, je ne vois que des blondes aux yeux bleus : dans le passé, les mannequins noirs ont eût plus de chance mais la tendance aux femmes blondes est à nouveau extrême. En tant que noire dans ce secteur, je suis toujours une exception. Je dois travailler plus difficilement pour être au même niveau ».

LES OCCIDENTAUX EN ASIE

Depuis l’apparition du premier mannequin blanc en 1998, l’Asie est devenu le nouvel eldorado des mannequins occidentaux. L’eurasienne reste incontournable sur le marché des cosmétiques alors que les petites blondes aux airs juvéniles et aux yeux clairs ont un succès fou sur le marché de l’habillement. Les mannequins occidentaux de taille moyenne (168-173) ont donc d’avantage de facilité pour se faire recruter par les multiples agences qui se créent en Asie. On constate cependant une baisse des salaires par un afflue massif et concurrentiel de jeunes filles des pays de l’Est.