Mannequinat.fr

Site d’informations et d’actualités du mannequinat

Ouvrir/Fermer le menu

Devenirmannequin

Accueil/Devenir mannequin/Fiches pratiques/Salaires et rémunérations
Salaires et rémunérations

Salaires et rémunérations


COMBIEN GAGNENT LES MANNEQUINS ?
Seuls quelques mannequins bien établis sont salariés par contrats permanents à durée indéterminés avec la garantie d’une rémunération mensuelle même lorsqu’ils ne travaillent pas. Les autres ne sont rémunérés que lorsqu’ils décrochent des jobs : c’est donc très aléatoire. La rémunération du mannequin varie en fonction de la mission qui lui est attribuée, de son expérience et de l’intérêt qu’il suscite. Dans la période de 3 mois à 1 an nécessaire pour lancer une carrière, le travail n’est pas forcément au rendez-vous et les salaires ne sont pas mirobolants. Puis les prestations des mannequins sont revus à la hausse.

TARIF DES MANNEQUINS ET RÉMUNÉRATION
Le coût d’un mannequin dépend de nombreux critères:
・ le profil du mannequin (âge, expérience, notoriété)
・ l’agence qui le représente (politique tarifaire)
・ le client qui l’embauche
・ sa prestation (défilé, shooting photo, tournage..)
・ la durée et les conditions de travail (nocturnes, dangereuses)
・ le type d’images (non-reconnaissable, dénudé…)
・ l’utilisation des images (destination et durée de diffusion)
・ la loi de l’offre et de la demande

Il n’est donc pas possible de communiquer un tarif précis. De plus, la rémunération due au mannequin au titre de la cession de ses droits pour l’exploitation de son image est distinguée de la rémunération de sa prestation initiale et fait l’objet d’un contrat de cession de droits distinct du contrat de travail. Quoiqu’il arrive il faudra déduire la commission de l’agence pour connaître ce que touche le mannequin : cette commission est variable selon l’agence et selon les pays (us et coutumes, montant des charges sociales).

COMBIEN GAGNE UN MANNEQUIN FREE-LANCE ?
Être mannequin indépendant c’est se passer d’un agent qui négocie les contrats et les budgets avec chaque client. Sachant qu’une agence de mannequins ponctionne une commission sur chaque contrat qu’elle obtient pour ses mannequins, il serait raisonnable de penser qu’un mannequin indépendant peut obtenir des rémunérations supérieures s’il travaille en direct pour les clients. Dans la pratique, les agences de mannequins ont un pouvoir de négociation bien plus important qu’un mannequin isolé. Comme pour les agences, il est impossible de communiquer un montant précis. C’est à chaque mannequin de définir ses propres prétentions (à partir de quel montant est-il prêt à travailler) sans risquer de faire fuir le client (combien est-il prêt à débourser). Il est donc préférable de se renseigner sur le client avant d’établir un devis, d’observer la concurrence, d’envisager ce que le projet rapportera à ses protagonistes et de voir s’il n’y a pas déjà un budget envisagé par celui-ci.

🇫🇷 LEGISLATION FRANÇAISE SUR LA REMUNÉRATION DES MANNEQUINS 🇫🇷

AVANT 2011 : GRILLES TARIFAIRES DES AGENCES DE MANNEQUINS
Depuis les années 1980, des accords nationaux collectifs portant sur les rémunérations minimales brutes des mannequins étaient convenus lors des assemblées générales annuelles des organisations syndicales d’agences de mannequins. Les conventions collectives comportaient des grilles tarifaires planchers des prestations d’agences de mannequins (tarifs horaires hors taxes comprenant les charges et la commission de l’agence) servaient quasi systématiquement de base aux négociations commerciales avec les clients (en particulier durant la Fashion Week) et nivelaient les tarifs entre agences.

DEPUIS 2011 : FIN DES BARÊMES ET LIBRE CONCURRENCE
Les enquêteurs de la DGCCRF et l’autorité de la concurrence ont mis fin à la pratique d’élaboration et de diffusion de grilles tarifaires, en soulignant l’entente anticoncurrentielle prohibée en application de l’article L. 420-1 du Code de Commerce. Chaque agence de mannequins doit maintenant émettre ses propres tarifs et la diffusion de barèmes communs est proscrite par les organisations syndicales. Désormais la tarification relève du principe de liberté des prix (article L. 410-2 du code de commerce) déterminés par le jeu du marché et de la libre concurrence.

Arrêt précité du 6 juin 2013, Gefil, page 8 : « l’élaboration et la diffusion, à l’initiative d’un syndicat professionnel, d’un document destiné à l’ensemble de ses adhérents peuvent en effet constituer une entente, une action concertée contraire à l’article L. 420-1 du code de commerce si ceux-ci ont pour objet ou pour effet d’empêcher, de restreindre ou de fausser le jeu de la concurrence »

RÉMUNÉRATION EN AGENCES DE MANNEQUINS
Les contrats des mannequins des agences françaises prennent en compte leurs cotisations sociales et leur mutuelle contrairement à ce qui se fait dans de nombreux pays. Les mannequins touchent en moyenne 30% de ce qui est facturé au client, soit 70% marge brute restante pouvant être considérés comme couvrant les charges patronales et les congés payés des mannequins. De plus, l’article L. 7123-6 du code du travail opère une distinction entre la part salariale de la rémunération du mannequin et les « droits d’utilisation de sa présentation » qui sont dus à l’occasion de la vente ou de l’exploitation de l’enregistrement de sa présentation par l’employeur ou par tout autre utilisateur.

Article L. 763-2 Code du Travail : « N’est pas considéré comme salaire la rémunération due au mannequin à l’occasion de la vente ou de l’exploitation de l’enregistrement de sa prestation par l’employeur ou tout autre utilisateur dès la que la présence physique du mannequin n’est plus requise pour exploiter ledit enregistrement et que cette rémunération n’est en rien fonction du salaire reçu pour la production de sa présentation, mais au contraire fonction du produit de la vente ou de l’exploitation dudit enregistrement. »

Article R.763-3 Code du Travail : « Aucune des retenues successives mentionnées au deuxième alinéa de l’article L.763-6 et opérées par l’agence de mannequins en remboursement des frais qu’elle a avancés pour la promotion et le déroulement de la carrière du mannequin ne peut excéder 20% du montant des salaires et rémunérations exigibles versés au mannequin. »

Article L.763-5 Code du Travail (Loi n°90-603) : « Le salaire perçu par un mannequin, enfant de moins de seize ans ou adulte, pour une prestation donnée ne peut être inférieur à un pourcentage minimum des sommes versées à cette occasion par l’utilisateur à l’agence de mannequins. Ce pourcentage est établi, pour les différents types d’utilisation, par voie de convention ou d’accord collectif. A défaut de conclusion d’une telle convention ou d’un tel accord, dans un délais de neufs mois à compter de la promulgation de la loi n°90-603 du 12 juillet 1990, ce pourcentage est fixé par décret pris après avis des organisations les plus représentatives des employeurs, des utilisateurs et des salariés »

FISCALITÉ DU MANNEQUIN
Les personnes qui exercent l’activité de mannequin relèvent du régime des salariés et doivent être affiliés au régime général, quelle que soit leur nationalité, dès lors qu’ils perçoivent une rémunération en France. Les utilisateurs qui les emploient bénéficient d’un calcul simplifié des cotisations et de taux de cotisations réduits. Le plafond applicable est celui correspondant à la périodicité de la paie. En cas d’engagement continu inférieur à 5 jours, les cotisations sont calculées selon les modalités suivantes :

– sur l’ensemble des rémunérations perçues après déduction forfaitaire spécifique, le cas échéant, de 10 ou 25%, pour les cotisations de Sécurité Sociale déplafonnées (maladie, maternité, invalidité-décès, allocations familiales, vieillesse, accidents du travail), pour la contribution solidarité autonomie et, le cas échéant, la contribution supplémentaire au FNAL et contribution versement Transport;

– dans la limite de 12 plafonds horaires pour les cotisations plafonnées vieillesse et FNAL. Toutefois, lorsque la rémunération brute allouée est inférieure à ce plafond, les cotisations sont calculées sur le salaire réel. La CSG et la CRDS sont dues sur la totalité de la rémunération après abattement de 3%.

Taux de cotisations : à l’exeption de la contribution de solidarité pour l’autonomie, les taux de cotisations applicables aux mannequins sont fixés à 70% des taux du régime général (code type de personnel 312). Le taux d’accidents du travail est fixé à 1,70%

Déduction forfaitaire spécifique pour frais professionnels : Les mannequins bénéficient, en matière sociale, d’une déduction forfaitaire spécifique pour frais professionnels qui s’élève à 10% pour les mannequins des grandes maisons parisiennes de couture, maisons de confection et de couture de gros de Paris dont l’activité est exclusivement consacrée à la présentation de modèles; et à 25% pour les autres mannequins. Son montant est limité à 7600 euros par an et par salarié. L’employeur ne peut appliquer cette déduction lorsque le salarié ou son représentant consulté préalablement a refusé expressément ce mode de déduction. Les frais professionnels doivent être intégrés au salaire avant application de la déduction.