Mannequinat

Site d’informations et d’actualités du mannequinat

Connexion|InscriptionVotre profil en ligne sur Mannequinat.fr
Ouvrir/Fermer le menu

Devenirmannequin

Mannequin enfant

Critères pour devenir mannequin enfant

  • être âgé(e) de 3 mois à 16 ans (au delà vous êtes considéré comme mannequin adulte
  • avoir une jolie frimousse qui corresponde aux tendances du moment
  • être photogénique et dégager de la personnalité (être comédien dans l’âme)
  • être sociable, patient(e), organisé(e) et avoir des facilités d’adaptation
  • aimer être pris en photos ou être filmé et être à l’aise devant l’objectif
  • avoir envie de participer à des essayages, des défilés, des événements
  • avoir de la motivation pour les castings (nombreux et incontournables)
  • savoir prendre cette activité comme un loisir, la vivre comme un jeu
  • avoir des parents disponibles et motivés mais discrets (il faut être accompagné par un représentant légal pour se rendre sur les castings et les prestations)
  • avoir l’avis favorable du médecin avant l’embauche
  • habiter à proximité de l’agence ou résider dans les départements limitrophes (c’est la loi)


UN ATOUT COMMERCIAL CONSIDÉRABLE

Que ce soit sur les publicités papier ou à la télévision, une petite frimousse à l’air canaille fait vendre et cela le publicitaire l’a bien compris. Les enfants sont présents dans tous les domaines, de la cosmétique à l’alimentaire, le textile ou l’univers du jouet, soit spécifiquement entre enfants soit mixtes avec des adultes. Les critères de sélection sont quelque peu similaires à ceux des adultes : visage frais, mannequin expressif, charme et naturel, bien proportionné, grands yeux, souriant, pas capricieux… La carrière d’un enfant est courte car, d’une année sur l’autre, son corps est en constante transformation.

 

Faire travailler des enfants est complexe et très règlementé pour préserver leur équilibre. L’âge légal fixé à 3 mois au minimum, dès 16 ans l’enfant mannequin est considéré comme un mannequin adulte. Le consentement parental est obligatoire et son soutien fortement recommandé. Course aux castings, sélection impitoyable, journées épuisantes… Attention cependant que le rêve des parents ne devienne pas un enfer pour l’enfant. Avant tout, l’enfant doit aimer « jouer le mannequin ». Une concentration exemplaire et un comportement autonome sont primordiaux pour réussir à répondre aux attentes des clients et des photographes. En France, la loi interdit le travail des enfants de moins de 16 ans. Les enfants mannequins sont autorisés à travailler uniquement sur dérogation de l’Etat ou s’ils sont employés par une agence titulaire d’un agrément préfectoral, et sous contrainte d’un suivi rigoureux de leurs études. Cette période d’obligation scolaire appliquée jusqu’à ses 16 ans est appuyée d’une règlementation sur le rythme de travail qui doit rester léger (limitation du nombre d’heures journalières et hebdomadaires) et réalisé sur les jours de repos de l’enfant : 2 jours hebdomadaires maximum (hors dimanche et jours fériés) pour les non scolarisés / lors des 2 jours de repos habituels (mercredi & samedi, à l’exclusion du dimanche) pour les enfants scolarisés.

 

Dès lors que la prestation a lieu à plus de 200 km du siège de l’agence, elle ne pourra pas être effectuée le même jour que le déplacement, lequel sera facturé en supplément. L’employeur de l’enfant mannequin doit détenir un extrait d’acte de naissance, un livret de famille ou un passeport justifiant de l’âge et de l’identité de l’enfant. Une visite médicale obligatoire est effectuée par un médecin pédiatre agrée, aux frais de l’agence. La publicité tendant à proposer à des enfants de moins de 16 ans une activité de mannequin ne peut émaner que des agences de mannequins qui doivent obligatoirement disposer :


  • de la licence agréée d’agence de mannequin
  • d’un « agrément enfant » délivré par la Ddass
  • d’un Agrément Préfectoral spécifique l’autorisant à gérer et proposer des mineurs (autorisation administrative du Préfet délivrée après avis conforme de la Commission Départementale de la Protection de l’Enfance)

 

Art L.211-6 Code du Travail (en vigueur le 03 janvier 2004)

« Les enfants de l’un ou de l’autre sexe qui n’ont pas dépassé l’âge de la fréquentation scolaire obligatoire ne peuvent, sans autorisation individuelle préalable, être, à quelque titre que ce soit, engagés ou produits, soit dans une entreprise de spectacles, sédentaire ou itinérante, soit dans une entreprise de cinéma, de radiophonie, de télévision ou d’enregistrements sonores. Une autorisation individuelle préalable est également exigée pour les enfants engagés ou produits par une personne physique ou morale en vue d’exercer une activité de mannequin au sens de l’article L. 763-1. Toutefois, l’autorisation prévue à l’alinéa précédent n’est pas requise si l’enfant est engagé par une agence de mannequins titulaire de la licence prévue à l’article L. 763-3 et qui a obtenu un agrément lui permettant d’engager des enfants. L’emploi d’un mineur de plus de treize ans, en vue d’exercer les activités définies aux deux premiers alinéas, est subordonné à son avis favorable écrit. »

 

Article L.211-7 Code du Travail (entrée en vigueur le 01 janvier 1991)

« Durant les périodes scolaires, l’emploi d’un enfant scolarisé exerçant l’activité de mannequin et la sélection préalable en vue de cette activité ne peuvent être autorisés que les jours de repos hebdomadaire autres que le dimanche. L’emploi d’un enfant non scolarisé exerçant l’activité de mannequin et la sélection préalable en vue de cette activité ne peuvent être autorisés que deux jours par semaine à l’exclusion du dimanche. L’emploi et la sélection d’un enfant scolarisé ou non ne peuvent excéder des durées journalières et hebdomadaires maximales fixées dans les conditions mentionnées à l’article L. 211-9. »

 

Article L.211-10 Code du Travail (entrée en vigueur le 01 janvier 1991)

« Il est interdit à toute personne de publier au sujet des mineurs de dix-huit ans engagés ou produits dans les conditions définies à l’article L. 211-6 soit par la voie de la presse ou du livre, soit au cours d’une émission diffusée, soit par tout autre moyen, tous commentaires, informations ou renseignements autres que ceux concernant leur création artistique. Est interdite toute publicité abusive tendant à attirer les mineurs vers des professions artistiques dont elle souligne le caractère lucratif. La publicité écrite tendant à proposer à des enfants de moins de seize ans une activité de mannequin ne peut émaner que des agences de mannequins titulaires d’un agrément leur permettant d’engager des enfants de moins de seize ans. »

 

RÉMUNÉRATION DE L’ENFANT MANNEQUIN

La rémunération de l’enfant, quel que soit son temps de travail, ne peut être inférieure à 2 fois le salaire brut minima conventionnel horaire prévu pour la catégorie de prestations qu’il effectue. La rémunération, à hauteur de 90%, est versée sur un compte à son nom et géré par la Caisse des Dépôts et Consignation jusqu’à sa majorité. Le solde est versé directement à l’enfant et à ses représentants. Tout déplacement au delà de 60 km du siège de l’agence sera rémunéré à l’heure, au demi-tarif brut horaire de la prestation convenue.

 

Article L.211-8 Code du Travail (entrée en vigueur le 01 janvier 1991)

« La commission fixe la part de la rémunération perçue par l’enfant dont le montant peut être laissé à la disposition de ses représentants légaux. Le surplus est affecté à la constitution d’un pécule qui est versé à la caisse des dépôts et consignations et géré par cette caisse jusqu’à la majorité de l’enfant. Des prélèvements sur ce pécule peuvent être autorisés en cas d’urgence et à titre exceptionnel par le président de la commission prévue à l’article L. 211-7. En cas d’émancipation, la commission doit statuer à nouveau. Lorsque, en application du troisième alinéa de l’article L. 211-6, l’emploi d’un enfant n’est pas soumis à autorisation, les règles de répartition de la rémunération perçue par cet enfant entre ses représentants légaux et le pécule sont fixées par la décision d’agrément de l’agence de mannequins qui emploie l’enfant. Le président de la commission est toutefois compétent pour autoriser des prélèvements sur le pécule dans les conditions fixées au premier alinéa. Les règles définies par le présent article s’appliquent également à la rémunération à laquelle l’enfant a droit en cas d’utilisation de son image en application de l’article L. 763-2. »